Sortie du disque 'ELLES ET EUX CHANTENT JANN HALEXANDER'

1

 

Eux et Elles chantent Jann Halexander 


Plusieurs artistes, aux styles variés, dans un beau mélange éclectique, interprètent des chansons et des musiques de l'artiste Jann Halexander, qui a débuté en 2003. Un répertoire riche de plus d'une centaine d' oeuvres, réparties sur une dizaine d'albums sur plus d'une décennie. Ces chansons appartiennent à tout le monde : il est intéressant de voir comment des artistes singuliers, quelque soit leur niveau de notoriété, reprennent à leur façon des titres qui abordent les thèmes de la différence, de l'amour, de la famille, du voyage. Ce n'est donc pas un disque 'hommage', heureusement. Plutôt un disque où des artistes de différents horizons apportent leur style, leur patte, leur âme, avec leurs reprises et aussi des créations originales qui s'insèrent dans l'univers Halexander, le prolongent l'enrichissent. Rencontres fortes, rencontres fécondes. Quelques duos. Enfin, certaines chansons sont déjà devenues de petits classiques comme 'A Table', reprise ici par Nicolas Duclos, mais également dans des fêtes de famille, par des amateurs. C'est avec une vive émotion que nous remercions ceux et celles qui ont accepté de participer à cette belle et folle aventure...
Jeff Bonnenfant, Label TH/Editions Lalouline
http://jannhalexander.blogspot.fr/ 

0- Le Mulâtre [Frédéric Pagès]/1- A Table [Nicolas Duclos]/2- Déclaration d'amour à un Vampire [Barbara Felettig]/3- Alien Mother [Clémence Savelli]/4- Les Patriciens [Vincent Ahn]/5- Le Renouveau [Ouman Dee]/6- Que sont devenus nos amants perdus [Léa Héloin]/7- Moi qui Rêve [Agnès Renaut]/8- Ticcala [Ben Nodji]/9- Un bon chanteur est un chanteur mort [Barbara Felettig]/10- Le Merle Chanteur [Jann Halexander]/11- Brasillach 1945 [Rosa Project]/12- Madame Hermann [Monique Hottier]/13- Qu'as-tu fait de ta sœur [Rosa Project]/14- Pars et Gogo [MC COCO / Jann Halexander]/15- Apprendre à mourir [Seth Eden]/16- Déracinés quand même [Rosa Project]/17- Une femme en quête de liberté [Sultana / Jann Halexander] /18- Un cèdre sur le toit [Gilles Roucaute] /19- Vampires 2007 [Anne-Cécile Makosso-Akendengué] /20- Aucune Importance [Marc Havet]



ELLES ET EUX CHANTENT JANN HALEXANDER 
[Label TRILOGIE HALEXANDER – LALOULINE EDITIONS]
Sortie : 11/11/2015
Contact Label : ama2_ama9@hotmail.com
http://jannhalexander.blogspot.fr/

Album disponible sur les plates-formes de téléchargements légales
sur Ebay, priceminister


Jann Halexander au Festival de l’Automne pourri !...5 octobre 2013

 

17511_10201287746169577_215129414_n-1--2-

Pour fêter la rentrée, j'ai chanté le vendredi 27 septembre au Magique, vous étiez nombreux, nombreuses, merci. Allez, il faut fêter maintenant le changement de saison...oui, je sais...les feuilles mortent collent à la pelle, la pluie est poisseuse, indéniablement, l'Automne c'est pourri...raison de plus pour le fêter en chanson...en compagnie de Marc Havet, chanteur, maître des lieux, de Nicolas Duclos, compère de chanson, Nathalie Solence...

Samedi 5 octobre

AU MAGIQUE
42 RUE DE GERGOVIE 75014 PARIS
Réservation : 01 45 42 26 10   ou  mhavet@aumagique.com
spectacles à 21 H
consommation à partir de 3 euros + chapeau pour les artistes
on peut diner à partir de 20H, sur réservation: plat du soir 11 euros
www.aumagique.com
 
J.H/Label T.H
http://apoplexia2008.blogspot.fr/
 

 

Posté par OmbreMauve à 13:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Merci pour hier

Profil Jann Halexander (c) Jeff Bonnenfant 18 juillet 2013 - MAGIQUE - Copie

 

Merci pour hier soir, au Magique. Nous étions nombreux dans ce petit cabaret plein à craquer, que j'aime tant, nous étions bien. Merci pour ces belles retrouvailles de Rentrée, ce mélange d'Amitié et de Chanson. Cette alchimie lors des concerts me rappelle que je ne me suis pas trompé de voie/voix...tant pis pour les absents, merci aux présents, merci à Frédéric Pagès, Agnès Renaut, Marc Havet, Martine Havet, Indy, Ouman Dee, Monique Hottier, Barbara Felettig, merci à vous...''Qu'il pleuve ou qu'il vente ou qu'il neige, j'avance, j'avance, qu'importe le sable et la neige, j'avance jusqu'à vous, j'avance sans remords, j'avance jusqu'à ma mort, j'avance maintenant, j'avance vous avec moi''. Jann Halexander (récidive – je chanterais 4 ou 5 chansons au Festival de l'Automne pourri, organisé par le Magique, une fois de plus, belle fidélité, le 5 octobre, entrée libre, en compagnie de Marc Havet, Nicolas Duclos, Nathalie Solence – enfin remerciements également à Floréal Duran, Clémence Savelli, Yann Denis, Michel Xavier-Gérard, pour avoir communiqué sur le concert, à Jeff Bonnenfant, attaché de presse, ami de longue date et à Jérôme Cosniam, de lalouline Editions) [mes remerciements également à Floréal Duran, Monique Hottier, Clémence Savelli, Yann Denis, Daniela Cruz,pour avoir communiqué sur le concert, à Jeff Bonnenfant, attaché de presse, ami de longue date et à Jérôme Cosniam, de Lalouline Editions).

J.H

 

Magique Nicolas Duclos…

DUCLOS AU MAGIQUE

DUCLOS

 

…Jeudi dernier, le 16 mai, Nicolas Duclos chantait au Magique. Ah le Magique, salle mythique consacrée à la chanson française depuis des décennies ! J’y ai fait mes débuts parisiens, j’adore ce lieu, et quand je peux, j’y chante aussi. Quand on rentre, on est accueilli par le sourire de Martine, la femme du talentueux chanteur Marc Havet : ce sont les grands maîtres des lieux. Elle est derrière le comptoir et discute sur des sujets divers et variés (d’hiver et d’été). Il y a quelques tables où on peut s’asseoir pour boire, voire manger, si on a réservé. Les toilettes  et les cuisines sont à l’étage. Sur les murs, des affiches de concert de Marc Havet, d’autres artistes. Des tableaux également et là ça change souvent puisque le Magique sert aussi de lieu d’exposition. 

On accède à la fameuse salle de concert en sous-sol, par un escalier en colimaçon. Dans cette salle, trône un piano à queue qui affronte dignement le temps qui passe. Dans un recoin une sono. Face au piano, des bancs et deux tables avec des chaises. Officiellement, la salle contient jusqu’à 50 spectateurs. Je dois dire qu’à 5 on a déjà le sentiment que c’est plein. 

C’est dans cette salle, cette boîte, que Nicolas Duclos nous a concoctés un récital. Je ne dis pas petit récital car ce n’était certainement pas ‘petit’. Ce fut un long concert.  Ni les autres, ni Monique Hottier, une amie (de l’association Tranches de Scène) ni moi n’avons vu le temps passer. Les chansons se succèdent, sur le quotidien d’un chanteur qui raconte comment il a arrêté de fumer, reprend avec classe Save Me (du groupe Queen !) en nous expliquant qu’il a été marqué par ce groupe et qu’il l’assume pleinement, nous chante Vie de couple avec un chien en tempo lent, nous fait rentrer dans un monde onirique avec une chanson abstraite, merveilleusement poétique, Ciel, étoiles, mûres. Les liaisons entre les chansons sont inventives, bien trouvées, drôle, décalées. L’émotion, simple, tendre, n’était pas absente avec une chanson dédiée à son père (Depuis que t’es plus là…).

 Nicolas Duclos chante que la vie est belle, c’est une évidence, il a raison, ce n’est pas de l’optimisme béat, au ras des pâquerettes, la vie est belle malgré tout, il faut faire en sorte qu’elle le soit, malgré les emmerdes, les chambardements, les tracas, les horreurs, les mesquineries du quotidien. Le clou du récital, c’était la fin, l’apothéose avec Erreur de Casting, l’une de ses toutes premières chansons, précédée d’une introduction absolument délirante où l’artiste nous confesse qu’il fut un fervent admirateur de Strauss-Kahn(à l’époque où la chanson fut écrite, il y a quelques années déjà), qu’il se sentait en décalé à son travail, qu’il se voyait comme une erreur de casting.

 Je disais que nous n’étions pas nombreux, et je le regrette profondément car Nicolas Duclos s’épanouit de plus en plus sur scène, quand on se déplace pour le voir, on sait qu’on ne perd pas son temps, c’est important, on quitte les lieux avec une certaine satisfaction – un bonheur, en fait.  Pas de prétention à l’horizon, pas de fausse modestie non plus, il y a longtemps que Sieur Duclos n’est plus un chanteur de salle de bain (en référence à un texte qu’il récitait souvent lors de récitals précédents). Il est drôle, parfois grave, énigmatique. Je lui ai souvent demandé de faire mes premières parties, dans des salles aussi différentes les unes des autres (Tremplin Théâtre, Auguste Théâtre, Darius Milhaud), nous nous retrouvons sur certains points, notamment l’humour. Ce soir-là, il s’est passé quelque chose. Comme si l’artiste avait franchi un stade supérieur. Et si sa destinée est liée, comme beaucoup d’entre nous, chanteurs, chanteuses, au Magique, on l’imagine sans peine tenir le show seul dans d’autres théâtres… 

Nicolas Duclos nous enchantera de nouveau le 13 juin, au Magique, salle fétiche.

 Jann Halexander 

http://www.nicolasduclos.fr/

 

Posté par OmbreMauve à 18:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Deux concerts, deux collègues, deux amis…

Deux collègues, deux artistes, deux amis que j’apprécie…

image_nicolas

Savelli

Le 16 mai, au Magique, Paris, Nicolas Duclos : http://www.nicolasduclos.fr/

Le 29 mai, au Théâtre de l’Île Saint-Louis, Paris, Clémence Savelli : http://www.vivaarte.fr/clemence/

Musicalement vôtre

Jann Halexander

Posté par OmbreMauve à 12:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Affichage métro 13/19 mars - Concert 22 mars 2013 - Paris

Affichage métro Neta 2

Affichage métro

Affichage métro Neta

 

 

Un des 60 emplacements d’affichage métro du  concert  de Jann Halexander le 22 mars à l’Auguste Théâtre, Paris 11. Du 13 au 19 mars. Nos remerciements à Lalouline Editions (Label Lalouline), l’Auguste Théâtre, le réseau Neta Publicité, les Grandes Imprimeries et naturellement : Ouman Dee, Miss Decky, du Duo Chokola, Barbara Felettig (Wo Bass ), Maik Darah, Monique Hottier, de l’association Tranches de Scène…rendez-vous le 22 mars !

Jeff Bonnenfant, label T.H – http://www.apoplexia2008.blospot.fr 

Nos envers-vies par le chanteur Nicolas Duclos

IMGP2122

Je garderais toujours un délicieux souvenir de la naissance du premier album de Nicolas Duclos. Cela faisait quelques temps qu’il chantait dans des salles parisiennes, comme le Magique, avait fait mes premières parties au Darius Milhaud, à l’Archipel, au Tremplin Théâtre. Et là, enfin, l’album, oui quelque chose d’émouvant parce que les conditions dans lesquelles cet album vit le jour étaient l’amitié même, la convivialité.

C’était chez ma mère, dans le petit salon. A Angers. Nicolas au piano, le preneur de son, maman prenant son café, moi lisant un vieux bouquin sur l’Afrique Australe, ma sœur passant faire un petit coucou, le chat qui tourne autour de tout le monde, nous discutant entre les prises, de choses parfois sans rapport avec la musique. Et puis pendant les prises, concentration totale. Et les musiques simples et solaires se suivaient les unes les autres pour donner de très belles chansons : Ca passe ou ça casse –belle ouverture du disque-, la Fin de l’innocence (titre de l’album), La vie est belle (une de mes préférées, sans conteste), Vie de couple avec chien (que j’ai souvent chantée sur scène), L’Envers-vie, Mon voisin (ah celle-là, on a tous un voisin casse-pied !), le Jeux des agneaux, Aphrodite (que je chanterais tôt ou tard), La chanson du Mas, des Histoires absurdes, des Déclics, Ciel, étoiles, mur (renversante par son atmosphère), L’erreur de casting (la première chanson que j’ai entendue de Nicolas Duclos), Les boules à neige, et la très belle chanson de clôture, celle qui arrache des larmes aux yeux tellement elle nous parle, sur l’amour d’un fils à son père, nostalgique sans pathos, un chant d’amour discret et profond, Depuis ce jour-là.

pochette

 

            Voilà. C’est un très bel album de 15 chansons. Je vous encourage à le découvrir. Parce que Nicolas Duclos chante nos vies, nos quotidiens mieux que beaucoup de chanteurs à texte trentenaires. Qu’il n’y a pas de narcissisme. Que de Chambery au Malawi, on peut l’écouter avec le même entrain, la même joie, la même émotion. Parce que la musique y a son importance : trop souvent, en chanson, le texte prime sur la musique, ici il n’en est rien. A écouter chez soi quand on est morose.

Parce qu’après on va mieux.

            Jann Halexander

Découvrir l’album, se le procurer :

 www.nicolasduclos.fr / nicolas.duclos.chanson@gmail.com

Nicolas Duclos chante Nicolas Duclos