Suivez mon regard...au fil des (re)découvertes...

Savelli
TELERAMA
...Le risque dans le parcours d'un artiste c'est parfois d'être monomaniaque. Il est vrai qu'on peut avoir tendance des fois à se laisser aller à un ego surdimensionné, en oubliant que nul n'est irremplaçable...
là je ne veux pas parler de mon actualité pour le coup mais d'une chanteuse que j'admire profondément, que j'ai vue de nombreuses fois sur scène, à Paris, à Bordeaux, c'est superbe, c'est intense, c'est transcendant, voici des liens...j'ai dit d'elle que lorsque je vais la voir sur scène, c'est une chanteuse qui s'avère être une amie et non l'inverse. Clémence Savelli c'est la passion, la rage, le bel excès, ceux et celles que j'ai réussis à convaincre de venir la voir sont ressortis marqués à vie, avec ce sentiment ...qu'il faut la voir au moins une fois dans sa vie. Je ne m'adresse pas là aux pessimistes qui pensent que la Chanson est morte depuis 20 ans, je ne sais pas où ils vont chercher cela. Clémence Savelli chante au forum Léo Ferré, le 9 novembre, j'y serais,en tant que spectateur...elle sera par ailleurs en co-plateau avec un interprète talentueux, Yann Denis, qui chantera des classiques du chanteur Allain Leprest qui nous a quitté l'été 2011. Un spectacle varié, généreux, fort, c'est une belle façon d'affronter la grisaille automnale...
Musicalement
Jann Halexander, chanteur...
 

Posté par OmbreMauve à 22:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Souvenir

Yann Denis, Clémence Savelli, Jann Halexander

Yann Denis, Clémence Savelli,  Jann Halexander au restaurant après la pièce 'Confessions d'un Vampire Sud-Africain'  donnée au Magique. Photographie : Monique Hottier

Quand Yann Denis chante Allain Leprest – de la Chanson à l'heure actuelle...

 

 

photo (1)

 

1229847_10152541634738797_1563403502_n

 

156214_507974142566372_540013083_n

 

 

Extrait de conversation off avec un journaliste radio vendredi dernier

Lui : Dans le fond, Jann Halexander, vous savez que vous êtes plus connu que vous ne le pensez.

Moi : Possible. Dans ce cas, on ne m'en a pas informé.

Lui : Vous avez vendu des milliers de disques et de dvd.

Moi : Oui. Pas assez. Je ne suis pas sûr d'en avoir profité. Et est-ce vraiment si important ?

Lui : Des milliers de gens vous connaissent, en France, à l'étranger, depuis 10 ans.

Moi : Pas assez. Mais oui, sans doute. Et puis 10 ans...c'est à la fois beaucoup et rien. Ce n'est que le début en fait.

Lui : Et les festivals alors ?

Moi : Je ne suis pas invité aux festivals, en général. Alors je n'y vais pas.

Lui : Vous êtes passé à la télé, quand même.

Moi : Ah la télé. Oui, j'y suis passé. Si peu.

Lui : Enfin, on vous reconnaît dans la rue, non ?

Moi : Rarement. Mais peut-être l'ai-je voulu ainsi, tout cela. Je ne sais pas. La vie suit son cours, j'essaye de ne pas avoir de rancoeur particulière. Je ne pense pas être amer. Je suis très content déjà d'avoir pu faire de la scène, des disques, tout ça...de la façon dont je le souhaitais. Dont je le souhaite.

Lui : Mais pourquoi vous chantez ?

Moi : J'ai réfléchi à cette question, je n'arrive pas à répondre, sinon des platitudes. Je dirais que je chante pour sublimer la vie. Peut-être par égo surdimensionné. Peut-être parce que je veux apporter du rêve, de l'évasion, de la transcendance aux gens qui se déplacent pour venir me voir en concert.

Lui : Ou peut-être que vous aimez tout simplement ça ?

Moi : Oui. Je chante pour tout le monde. C'est vrai que cela me gêne quand on me dit, même avec gentillesse que je suis un chanteur pour initiés. Ou quand on me dit que les toutes petites salles me vont tellement bien. A part le Magique, non je n'aime pas forcément les toutes petites salles. Et j'ai été surpris quand certains m'ont dit être un peu déçus depuis que parfois, je chante dans des plus grandes salles, peut-être plus grand public. Mais je m'adresse vraiment à tout le monde. Après, tout le monde ne peut pas aimer, c'est une autre histoire.

Lui : On a les contraites de l'émission radio, c'est vraiment dommage que tout ce qu'on se raconte là, on ne puisse pas en parler à l'antenne. Mais bon, pour une autre émission plus longue, j'espère. Je voulais vous dire, c'est curieux mais on dirait que la crise du disque, des concerts vous passe dessus, comme si cela n'avait aucune prise.

Moi : ...disons que...d'abord être artiste c'est une façon de vivre, d'être, de s'adapter à tout un tas de situation, ce n'est pas un métier comme les autres, je ne suis même pas sûr que ce soit un métier. Puis on en France, malgré tout, il y a des aides variées, j'ai eu quelques mécènes, des coups de pouce, je suis bien entouré. Tant que ça durera, je profite. Si un jour, tout doit s'arrêter, et bien on verra. Mais je considère que la crise ne doit pas m'empêcher d'écrire des chansons. Chaque jour est un jour nouveau, avec son lot de bonheurs et de difficultés. C'est la Vie, en fait.

Lui : Parler de la crise vous gêne ?

Moi : Oui. Disons que les questions sur la crise de la musique, du disque sont devenues des questions un peu faciles, habituelles, on embête les artistes avec ça. On leur demande d'être des sociologues, des économistes, de décrypter les aléas du marché, de donner leur avis là-dessus. Alors que ce qui compte avant tout c'est l'oeuvre réalisée, écrite, chantée. Je souhaite personnellement qu'on me juge sur mes œuvres, en bien, en mal, peu importe. C'est aussi ce qui m'intéresse chez les autres artistes. Ce qu'ils créent. Pas forcément la façon dont ils créent. Je ne suis pas fan des making-of. C'est un peu de la perte de temps.

***

Habituellement, il n'est pas bien vu quand un artiste parle d'un autre artiste...de façon, disons...plus nuancée, plus approfondie que les 'à conseiller', 'j'aime', 'j'adore'. Mais il y a tellement de choses qui ne sont pas bien vues que finalement...enfin s'il fallait s'arrêter à cela, on ne dirait plus rien, on ne chanterait plus rien. J'ai très tôt dû me confronter aux us et coutumes du Show-Biz, puisque j'en fais partie, que je le veuille ou non. J'ai réalisé à quel point le monde de la chanson/de la variété, ce sont des clans, des idéologies, des courants, qui souvent s'affrontent, ne se supportent pas. Ce n'est pas mon problème et comme je ne pense pas appartenir à une famille artistique bien définie -on me l'a suffisamment fait comprendre, je me sens encore plus libre d'aller vaguement par ici, vaguement par là. Je ne m'intéresse pas au degré de notoriété des artistes, à leur compte en banque, j'ai autant de respect pour Mylene Farmer que pour Clémence Savelli. Si d'autres veulent ériger des cloisons, grand bien leur fasse. Il y a des artistes que je n'aime pas, et vice versa, ce n'est pas anormal, c'est la comédie des relations humaines.

Je n'étais pas fan d'Allain Leprest. J'aime 4 ou 5 chansons de lui, c'est tout. Quand il nous a quitté il y a deux ans, cela m'a fait un choc sur lequel je me suis exprimé il y a quelques temps déjà, mais je ne me suis pas senti obligé de dire qu'il était formidable, ou que la chanson s'en est retrouvée orpheline. La réalité est terrible car elle nous rappelle chaque jour que nul n'est irremplaçable. Je l'ai vu chanter sur scène au Limonaire, je n'ai rien ressenti. Ce qui m'a fait mal au cœur c'est d'abord sa fin, prématurée. Et puis parce que, qu'on l'aime ou pas, il existait par lui-même. Des artistes comme Allain Leprest, Morice Benin, Jean-Pierre Réginal, encore de ce monde, ceux-là, et tant d'autres sont la preuve qu'il est possible d'être soi, en dehors des top50, des charts, des vacarmes médiatiques, des félicitations des uns et des autres, des courants etc. D'exister par soi-même. Être soi, alors que la vie est tellement courte, c'est déjà pas si mal.

C'est sur le bouche à oreille que je me suis rendu récemment au Magique voir le spectacle de Yann Denis chantant Allain Leprest, accompagné au piano par Jean-Louis Beydon. J'avais beaucoup d'appréhension. J'avais peur de m'ennuyer, car le répertoire m'attirait peu. Et c'est là la force d'un interprète. Il n'y a pas besoin forcément d'être fan de Leprest pour aimer le spectacle de Yann Denis. Il s'approprie les chansons avec une façon assez désarmante. Il séduit, il y a quelque chose de magnétique en lui. Certes de la gravité mais aussi parfois de la belle légèreté, et oui. Pas de flonflons solennels, de révérence à se cogner la tête au sol. C'est un spectacle qui s'adresse vraiment à tout le monde, par un chanteur interprète jeune, ancré dans l'époque actuelle. C'est pourquoi non seulement je conseille autour de moi, ce spectacle qui continue au théâtre des Déchargeurs jusqu'au 20 décembre, mais en plus je compte y retourner moi-même, avec plaisir.

Jann Halexander

 

Merci pour hier

Profil Jann Halexander (c) Jeff Bonnenfant 18 juillet 2013 - MAGIQUE - Copie

 

Merci pour hier soir, au Magique. Nous étions nombreux dans ce petit cabaret plein à craquer, que j'aime tant, nous étions bien. Merci pour ces belles retrouvailles de Rentrée, ce mélange d'Amitié et de Chanson. Cette alchimie lors des concerts me rappelle que je ne me suis pas trompé de voie/voix...tant pis pour les absents, merci aux présents, merci à Frédéric Pagès, Agnès Renaut, Marc Havet, Martine Havet, Indy, Ouman Dee, Monique Hottier, Barbara Felettig, merci à vous...''Qu'il pleuve ou qu'il vente ou qu'il neige, j'avance, j'avance, qu'importe le sable et la neige, j'avance jusqu'à vous, j'avance sans remords, j'avance jusqu'à ma mort, j'avance maintenant, j'avance vous avec moi''. Jann Halexander (récidive – je chanterais 4 ou 5 chansons au Festival de l'Automne pourri, organisé par le Magique, une fois de plus, belle fidélité, le 5 octobre, entrée libre, en compagnie de Marc Havet, Nicolas Duclos, Nathalie Solence – enfin remerciements également à Floréal Duran, Clémence Savelli, Yann Denis, Michel Xavier-Gérard, pour avoir communiqué sur le concert, à Jeff Bonnenfant, attaché de presse, ami de longue date et à Jérôme Cosniam, de lalouline Editions) [mes remerciements également à Floréal Duran, Monique Hottier, Clémence Savelli, Yann Denis, Daniela Cruz,pour avoir communiqué sur le concert, à Jeff Bonnenfant, attaché de presse, ami de longue date et à Jérôme Cosniam, de Lalouline Editions).

J.H

 

La force d'un interprète : Yann Denis, spectacle ''C'est peut-être...Leprest''

AFFICHE

Le samedi 14 septembre, le mythique cabaret cabaret parisien Au Magique, créé par l'excellent chanteur Marc Havet, invitait le chanteur Yann Denis et le pianiste Jean-Louis Beydon à présenter leur spectacle-hommage à Allain Leprest. Soyons franc : c'est plus qu'un simple spectacle-hommage. Il n'y pas le côté solennel, morgue de rigueur, non, c'est un récital vivant avec un pianiste hors-normes (le mot est faible), qui fut également celui de Leprest pendant dix ans et un chanteur qui ne laisse pas du tout indifférent. Chez Yann Denis, il y a du magnétisme, de la séduction, de la belle violence. Le public, exigeant, a été conquis. Le chanteur nous rappelle l'importance de l'interprétation. 

Dans la chanson, la variété, il n'y a pas que des auteurs-compositeurs-chanteurs. Il y aussi des interprètes qui donnent de la voix, qui donnent de la Vie et qui font voyager les mots et les notes dans nos esprits. Ils s'approprient des textes, les partagent, les sauvent de l'oubli. On quitte les lieux, marqués, nul besoin forcément d'être un fan irréductible d'Allain Leprest pour rentrer dans le spectacle. Il y a de l'émotion. Il y a de l'humour. De la poésie. De la transcendance. Merci. 

''C'est peut-être Leprest'', spectacle au Théâtre les Déchargeurs tous les vendredis, jusqu'au 20 décembre 2013, 21h30. 3 rue des Déchargeurs, 75001 Paris. Métro Châtelet. Réservations fnac.com ou 0142360050. Tarifs de 10 à 18 euros.

Http://www.lesdechargeurs.fr - http://yanndenis.pagesperso-orange.fr/yann.html

J.H

 

FESTIVAL LES ENFANTS TERRIBLES, première et lendemain de festival (BORDEAUX)

CLEMENCE SAVELLI, YANN DENIS

Le pianiste Jean-Louis Beydon, la chanteuse Clémence Savelli, le chanteur Yann Denis, après le festival LES ENFANTS TERRIBLES, aux Lectures Aléatoires, Bordeaux.

 

CLEMENCE SAVELLI ET YANN DENIS

 

Clémence Savelli, répétition...

 

Clémence Savelli, lendemain de la première du festival LES ENFANTS TERRIBLES

JANN HALEXANDER ET PASCAL PISTONE

Jann Halexander et Pascal Pistone

 

Jann Halexander, Adèle (fille de Clémence Savelli et Pascal Pistone) et le chanteur Marc Havet

LES CHANTEURS JANN HALEXANDER ET YANN DENIS

Les chanteurs Jann Halexander et Yann Denis

Posté par OmbreMauve à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Merci à Clémence Savelli, Pascal Pistone, pour leur fabuleux accueil et leur talent hier soir à Bordeaux à la salle-cabaret du Chat Gourmand, merci au public très nombreux, très présent au concert, merci pour l'écoute, les rires, l'émotion. De belles rencontres également (Yann Denis, interprète d'Allain Leprest, l'écrivain Pablo Amafil). Moment euphorique. La vie d'artiste est une vie hors du Temps. Retour au calme maintenant...
JANN HALEXANDER
http://www.apoplexia2008.blogspot.fr/

AU CHAT GOURMAND

Nota Bene : mention spéciale Au Chat Gourmand, avec certes sa salle cabaret voûtée au sous-sol, de taille moyenne et avec une très belle acoustique et à la salle du haut, le restaurant, fabuleux sauté au porc à la provençale, accueil excellent de Sylvie, la Reine des lieux, qui, tout comme moi, aime les chats...

Posté par OmbreMauve à 21:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,