Lectures Musicales 'Ceci n'est pas l'Afrique' avec Jann Halexander 12 décembre 2015 - AU MAGIQUE

Affiche Officielle

L'écrivaine Anne-Cécile Makosso-Akendengué et son fils Jann Halexander 2010 par Jeff Bonnenfant cliché n°2

Artwork

Artwork n°2

Couverture roman 'Ceci n'est pas l'Afrique'

 

Lectures Musicales 'Ceci n'est pas l'Afrique' avec Jann Halexander 

En 2010 paraissait le roman 'Ceci n'est pas l'Afrique' de l'écrivaine Anne-Cécile Makosso-Akendengué, chez l'Harmattan. Un récit devenu culte au fil des années, bouleversant les clichés sur le Gabon et l'Afrique en général, avec poésie, humour et mélancolie. Une femme française mariée à un gabonais y racontait ses années passées à Libreville. 

Son fils, le chanteur Jann Halexander alterne entre lecture d'extraits du roman et chansons. Par la même occasion il donne son dernier spectacle de l'année. Partage des mots, partage des notes, partage des émotions.

 

Spectacle suivi d'une séance de dédicaces.

 Au piano : Jann Halexander 

avec la participation de Ouman Dee, Frédéric Pagès, Agnès Renaut

 12 décembre

21h 

AU MAGIQUE

42 rue de gergovie

75 014 Paris

Possibilité de dîner sur place sur réservation : 01.45.42.26.10

 

Métro Pernety ligne 13

 

Tarif plein : 10 euros

Tarif réduit [billetreduc – téléphone] : 8 euros

Tarif rsa – chômeur – TDS : 5 euros

 

Infoline : 06.16.13.98.32

 

Label TH – ama2_ama9@hotmail.com

 

http://jannhalexander.blogspot.fr/

L'écrivaine Anne-Cécile Makosso-Akendengué et son fils Jann Halexander 2010 par Jeff Bonnenfant cliché n°1

Posté par OmbreMauve à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Jann Halexander – Mourir à Lambaréné [Spectacle 'Affidavit' 7/11/2015 - Paris]

Jann Halexander – Mourir à Lambaréné [Spectacle 'Affidavit' 7/11/2015 - Paris]

Posté par OmbreMauve à 16:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

JANN HALEXANDER FEAT MC COCO : Déracinés quand même [sortie 17 décembre 2014]

Cover 'Déracinés quand même' Jann Halexander Feat MC COCO

 

Jann Halexander Feat MC COCO : Déracinés quand même...

DÉRACINÉS QUAND MÊME 

Texte

Mc Coco – Jann Halexander

Musique 

Jann Halexander


pour m'en sortir, je suis partie, j ai quitté mon pays
le coeur meurtri, les larmes aux yeux, j ai faussé compagnie
à ma famille, a mes amis, mes origines aussi
à ma culture, mes traditions et mes études aussi
comme c'était triste, ce fameux jour de départ
ce fameux jour de départ
comme c'était triste, ce fameux jour de départ
ce fameux jour de départ,
pour m en sortir, je suis partie, j ai quitté mon pays
le coeur meurtri, les larmes aux yeux, j ai faussé compagnie
à ma famille , à mes amis, mes origines aussi
à ma culture, mes traditions et mes études aussi
comme c'était triste, ce fameux jour de départ
ce fameux jour de départ
comme c'était triste, ce fameux jour de départ
ce fameux jour de départ,

Dans l'espace on est toujours...déracinés...déracinés...

Entre deux guerres noyées d'étoiles, de rêves brisés...de rêves brisés...

Moi qui cherche un brin d'espoir, à être aimé...à être aimé...

Toi qui vois...ou ne vois pas...la vérité...la vérité...


oui je suis déracinée
pleines de richesses remportées
à cause de cet exil forcé , j' ai dû me surpasser
l'horizon  éclate, l amour se libère
adieu les contraintes de ces cultures amères
je veux vivre et ressentir
toutes ses sensations humaines
que ce monde peut nous offrir
pour oublier toutes mes peines
la vie n est pas facile
j' essaye seulement de m'en sortir
malgré les vices
je suis restée moi même
mais déracinée quand même
je suis fière de moi même
et je resterai un emblème
je suis restée moi même
mais déracinée quand même
je suis fière de moi même
et je me resterai fidèle

Mi-homme, mi-femme, je suis toujours...déraciné(e)...déraciné(e)

Quand je te vois, je sens ton souffle...réanimer...réanimer...

Mes peurs violentes...les mains qui tremblent...désespérées, désespérées

Toi qui sens...ou ne sens pas...la vérité...ma vérité...

partie par là, venant de là, fuyant par ci par là
laissant ci, lâchant ça, j ai tout laissé là-bas
quittant de là,  je me souviens quand même
de là où je viens
je suis restée moi même
mais déracinée quand même
je suis restée moi même

mais déracinée quand même

partie par là, venant de là, fuyant par ci par là
laissant ci, lâchant ça, j ai tout laissé là-bas
quittant de là,  je me souviens quand même
de là où je viens
je suis restée moi même
mais déracinée quand même

je suis fière de moi même
et je resterai un emblème
je suis restée moi même
mais déracinée quand même
je suis fière de moi même
et je me resterai fidèle

je suis restée moi même

et je resterai un emblème

Comme c'était triste...

Posté par OmbreMauve à 18:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

Adieu Madiba...

Nelson-Mandela1

 

...Je suis allé ce matin déposer des fleurs devant l’ambassade d’Afrique du Sud. Une nécessité. Me suis recueilli un bref instant…J'avais à peine 9 ans quand je vis Nelson Mandela pour la première fois, en visite officielle à Libreville. Des milliers de Librevillois attendaient de voir cet être hors du commun, peu de temps après sa libération. Il se rendait en visite dans les nations africaines qui avaient soutenu son combat. Le Gabon fut l'un des premiers pays du continent africain visités. Ma famille et moi attendions de le voir, sous le soleil tapant, dans la chaleur ambiante. Plus tard, devenu adulte, je me suis rendu plusieurs fois en Afrique du Sud, j'ai eu l'occasion de visiter la fameuse île de Robben Island où il avait été emprisonné. Lorsque je suis né en 1982, les unions mixtes étaient encore interdites en Afrique du Sud. Il fallut attendre 1986 pour que l'interdiction saute. Alors naturellement, son parcours, sa mort résonnent de façon particulière en moi. Il faut faire attention au Temps qui passe, ce temps, qui en passant, a tendance à aplanir les choses, les faits, les douleurs. Ne jamais oublier que l'Apartheid était une saloprix. La patience, la détermination, la volonté ne sont pas des vains mots. L'idéal utopique a quelque chose de noble surtout quand il a pour but le respect de l'Autre, la Fraternité : le sarcasme, le cynisme à outrance, l'aigreur, la rancoeur ne résolvent rien. Nelson Mandela nous a rappelé le devoir de vivre ensemble, malgré, avec nos différences, de toutes sortes. Il n'était pas un saint, juste un homme, mais quel Homme...son départ est la fin d'une époque. Plus que jamais l'annonce d'une nouvelle ère des relations incertaines entres les êtres humains...

Jann Halexander


NUIT A HOGSBACK [sur les terres sud-africaines de l’Anneau] DISPONIBLE EN FORMAT PDF !...

Couverture NUIT A HOGSBACK

Juin 2013 tirage 1

NUIT A HOGSBACK [sur les terres sud-africaines de l’Anneau] DISPONIBLE EN FORMAT PDF!...

 

…Août 2011. Un touriste, artiste, débarque à Hogsback, hameau paumé en Afrique du Sud, le pays natal de Tolkien, l’auteur du Seigneur des Anneaux. Hogsback est une bourgade étrange, irréelle : des hobbits sont creusés dans les troncs des pins, des elfes en pierre surveillent des villas, la neige tombe sur les montagnes. Il y a l’immensité de la nature, la violence de l’Histoire. Des rencontres surprenantes. Les souvenirs qui remontent. La colère devant la société, ses contradictions. Lourdeur. Légèreté. Immensité. Illusions et désillusions d’une Quête.

 

Chanteur, réalisateur, comédien depuis 2003, Jann Halexander s’est rendu à Hogsback, en Afrique du Sud, en 2011 et en a tiré un récit mêlant petite histoire et grande Histoire où parfois, fiction et réalité se mêlent. L’ouvrage comporte 48 photographies.

 

 

Nuit à Hogsback, sur les terres sud-africains de Tolkien, de Jann Halexander. 96 pages.

 

Edité par Trilogie Halexander

 

 
Ouvrage disponible dès maintenant en version PDF. Envoyer 5 euros à halexander@voila.fr via https://www.paypal.com. Ou un chèque à l'ordre de Trilogie Halexander à JEFF BONNENFANT, 4 Bd Carnot 72 000 Le Mans (en spécifiant bien l'adresse mail pour envoyer l'ouvrage). Pour toute demande d'information complémentaire : halexander@voila.fr.

 

© Trilogie Halexander

 

Dessins signés Jann Halexander, période 1998-2006

Afrikana (série Afrique), Jann Halexander, 1998

 

Dessins signés Jann Halexander, période 1998-2006. Tirage original de chaque dessin, signé et dédicacé, 6 euros, frais de port inclus. Règlement via paypal à halexander@voila.fr.

http://neigesafricaines.canalblog.com/albums/dessins_signes_jann_halexander__serie_cyclone/index.html

http://neigesafricaines.canalblog.com/albums/dessins_signes_jann_halexander__serie_europe/index.html

http://neigesafricaines.canalblog.com/albums/dessins_signes_jann_halexander__serie_famille/index.html

http://neigesafricaines.canalblog.com/albums/dessins_signes_jann_halexander__serie_fantaisie/index.html

http://neigesafricaines.canalblog.com/albums/dessins_signes_jann_halexander__serie_femme/index.html

http://neigesafricaines.canalblog.com/albums/dessins_signes_jann_halexander__serie_mort__religion_et___/index.html

http://neigesafricaines.canalblog.com/albums/dessins_signes_jann_halexander__serie_afrique/index.html

http://neigesafricaines.canalblog.com/albums/dessins_signes_jann_halexander__serie_amour/index.html

http://neigesafricaines.canalblog.com/albums/dessins_signes_jann_halexander__serie_animalia/index.html

 

Posté par OmbreMauve à 20:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

Réponse d'un Franco-Gabonais au sujet du racisme anti-Blanc

Enfance3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse d'un Franco-Gabonais au sujet du racisme anti-Blanc

 

A Guillaume Floris, Laurent Levy, Danièle Obono, Aïssa Terchi, tous-toutes les membres du Front de Gauche.

 J'ai été très très choqué par votre article sur http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/11/16/racisme-antiblancs-le-spectre-de-lanti-france-ou-la-grande-confusion. Notamment par cette phrase. 

'Le racisme antiblanc n’est en rien du racisme'

L'article commençait bien. Rassurant. Pour après prendre une autre tournure déplaisante. Une telle forme de cécité fait peur. Alors oui : le racisme anti-blanc existe mais duquel parlons-nous ? De celui fantasmé qui arrange les racistes blancs qui veulent se dédouaner ? Ou de celui véritable, qui est concret, et non un mythe.

En tant que franco-gabonais, je ne peux pas lire ce genre de phrase sans réagir. Je suis né au  Gabon, j'y ai vécu 16 ans, de père gabonais noir et de mère française blanche. En tant que métis, j'ai vu aussi bien du côté blanc que du côté noir que les relations interraciales, les mariages mixtes et leurs enfants dérangeaient beaucoup de monde. Les enfants n'oublient pas. Je ne suis pas le seul dans cette situation. Je n'ai jamais oublié les camarades, nous avions 15/16/17 ans, noirs de bonne famille, de l'élite, dire tout haut que les blanches qui aiment les noirs sont des salopes qui aiment la queue, quand ils voyaient ma mère venir me chercher. Je n'oublierais pas toutes ces petites réflexions usantes : oui, toi tu fais comme les blancs, tu portes les jeans comme un blanc, tu manges des trucs de blancs, tu écoutes des trucs de blancs. C'était usant. J'avais envie d'être moi mais il y avait toujours un plaquage racial là-dessus. Les métis servent souvent de défouloir anti-blanc dans les sociétés africaines. Les homos aussi qu'on accuse d'être des agents des blancs, de la perversion blanche. D'ailleurs la perversion dans ces pays est assimilée aux blancs. L'argent, très souvent également. Et cette façon de penser on la retrouve dans une partie de la diaspora.

Enfance4

J'ai appris à gérer cela, à répondre à la connerie, quelque soit le côté d'où elle vient. Il m'a fallu du temps pour digérer cela néanmoins, l'admettre pour moi-même et le dire. Sachant que le dire n'était pas bien vu non plus. je ne parlais pourtant pas de ressenti mais d'anecdotes vécues. Je fus traité de menteur plusieurs fois. Tout va bien, tout va bien, non ce que tu dis n'est pas possible. Maintenant les langues se délient et des deux côtés, on commence enfin à en parler, ouvertement. Pour savoir ce qu'il faut faire. 

Enfance2

Etre écolo, de gauche, anticapitaliste etc ne cautionne pas une telle cécité. Parce qu'en face, parmi ceux et celles qui lisent, on peut se sentir heurté.

 Le racisme, les préjugés ne doivent pas être seulement jugés à l'aune des obstacles qu'ils génèrent d'un point de vue pratique : emploi, logement, principalement. Il y a aussi l'espace de vie, au sens des relations : intimes, amicales, familiales. Beaucoup de relations ont été détruites par la force des préjugés qui ne venaient pas toujours d'où on les attendait. Oui c'est fatiguant pour une femme blanche mariée à un africain noir d'être souvent ramenée à LA FEMME BLANCHE de la famille au bout de 30ans, d'être un peu mise de côté par sa belle-famille parce qu'elle ne comprendrait soi disant pas tout. Oui c'est fatiguant d'entendre des africains dire que l'homosexualité est un truc de blanc -tant d'hypocrisie laisse sceptique. C'est fatiguant en tant qu'artiste quand des programmateurs ou des journalistes africains me disent : on ne peut pas parler de vous, vous faites de la musique de blanc. Là je parle de mon cas personnel. Mais la liste est longue, longue, longue de ce genre d'anecdotes vécues par les uns, les autres, des métis, des  blancs, des noirs qui sont liés à des blancs.  Et on ne peut pas dire, comme le rappelait un collègue, Luc, du blog culture et chanson, d'un côté : le racisme est universel et de l'autre  que le racisme antiblanc n'est en rien du racisme. Il y a des préjugés sur ce que doit être un blanc, pense un blanc etc. Comme beaucoup de blancs pensent qu'un noir doit être comme ci, penser ainsi, vivre ça etc.

Enfance

 

 C'est une situation triste, mais réelle et heureusement pas systématique, parce que dans l'ensemble les gens arrivent à vivre en société, malgré les difficultés. Il y a des gens pour qui réellement tout va bien et qui se foutent éperdument de ce genre de débat. Mais puisque nous y sommes, dans le débat, je ne vois pas comment vous pouvez vouloir aller dans le sens du vivre ensemble lorsque vous sortez ce genre de propos. 

Une chose semble certaine : d'un point de vue travail ou accès au logement, le racisme anti-blanc n'a quasi aucun impact. Economiquement, ce sont les plutôt les plus clairs qui discriminent les plus fonçés. 

Enfance5

 

'Le racisme antiblanc n’est en rien du racisme'

Je suis étonné que tous les membres du Front de gauche soient d'accord avec ce genre de mensonge.Il y a un racisme anti-blanc réel en France et ailleurs. Une sorte de conglomérat de préjugés. Il faut avancer, malgré tout. Comme il faut pouvoir avancer malgré le racisme franc, assumé d'une partie de la société française blanche. Mais il faut en prendre acte, clairement dans les deux cas. C'est la meilleure façon justement de contrer les idioties de ceux et celles qui n'y connaissent rien et parlent d'un racisme anti-blanc fantasmé. 

 Jann Halexander

[http://www.apoplexia2008.blogspot.fr]

Anecdote : A plusieurs reprises, j'ai été confronté à des blancs ou des noirs qui m'ont dit, en parlant des femmes : les blanches qui aiment les noirs, c'est pour la queue. J'ai appris à répondre : peut-être. Et elles ont bien raison. Après tout elles font ce qu'elles veulent.

Il est minuit Docteur Schweitzer, de Jann Halexander

Ouest France

21 août 2012

Sismondi Barlev Bidjocka, symbole de l'Hypocrisie africaine...

 

20734_Top_medium

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez aimé Mugabe, Museveni, Nujoma ? Alors vous aimerez Sismondi Barlev Bidjocka ! N'oubliez jamais son visage. Voilà un jeune Camerounais dont on ne sait rien, dont on ignore si c'est un homme intègre, qui non seulement donne des leçons de morale à ses citoyens mais en plus veut se faire un nom, de la publicité en proposant une journée de lutte contre l'Homosexualité. Rien que ça. Et il en est fier.

 Pire : cet individu au comportement douteux et réputé pour sa violence se dit représentatif des jeunesses africaines. Bon heureusement que le Cameroun compte des personnalités comme Alice Nkom, Charles Gueboguo, tout comme heureusement que le continent africain a Mandela ou Desmond Tutu. Parce qu'avec un tel individu qui doit penser que les homosexuels forment forcément une secte puissante visant à la destruction du monde et que l'homosexualité est une valeur (alors que c'est simplement une orientation sexuelle, on n'y peut rien, elle est là), l'Afrique n'ira pas loin. Et de toute façon, elle ne peut pas compter sur les intellectuels africains qui se taisent sur ces sujets, preuvent qu'ils ne sont peut-être pas si intellectuels.

debat_cameroun_440

 

 

C'est déprimant, hein? C'est déprimant parce qu'il faut rappeler encore et toujours aux autres sociétés dans le monde que non la haine, le meurtre et la violence ne sont pas des valeurs africaines. Mais comment voulez-vous qu'on vous croit quand tout d'un coup, surgi de nulle part, déboule des personnes effrayantes comme Sismondi Barlev Bidjocka. L'homosexuel est sa seule obsession, sans doute. Il y pense nuit et jour. Dans son lit, au travail. Il attend peut-être que les autorités lui mettent un poignard dans la main et lui disent : Va, tues. La pauvreté, les inégalités sociales, tout ça, il s'en fout, non ce qui l'obsède c'est la vie sexuelle des gens qu'ils croisent et l'envie de savoir si ces gens sont 'comme il faut'. Une pensée pour nos amis africains, homo, hétéro, bisexuel, peu importe, qui sont dépassés, fatigués par ce genre d'individus, qu'ils sachent que nous sommes là, qu'ils ne sont pas seuls. Parce que la route est longue vers le Respect.

 

 J

natif du Gabon

n.b : je n'oublierais jamais à Paris, Marseille, Bruxelles, le Cap, ces rencontres avec des Camerounais qui se disaient en général bi et qui me séduisaient. De merveilleux souvenirs, et je frissonne à l'idée de l'exercice de schyzophrénie auquel ils doivent se livrer quand ils retournent 'au pays'. Heureusement pour les Gabonais, juste en dessus, nous ne sommes pas encore dans ce cas de situation sinistre où la loi prévoit 5 ans d'emprisonnement ferme. Satanée comédie humaine...ah Sismondi, tu veux la célébrité, mais tu l'auras, triste type...

20 avril 2012

Film 'Une dernière au Mans' de Jeff Bonnenfant, en entier sur dailymotion


Une dernière nuit au Mans, un film de Jann Halexander

 

Marianne, veuve aisée, artiste à ses heures, vit au Mans, avec son neveu, Antoine. Elle tombe amoureuse de François, professeur de mathématiques qui tombe amoureux d'Antoine.

Sensuel, onirique, mordant, le film Une dernière nuit au Mans [les gens de couleur n'ont rien d'extraordinaire] est une plongée tragi-comique dans la petite bourgeoisie noire française. Un film du chanteur, comédien et réalisateur Jann Halexander, avec Maïk Darah, comédienne, chanteuse et doubleuse (voix française de Whoopi Goldberg)...

'un film solaire' - site Culture et Chanson
'Pour sa découverte, et pour l’intégrité et la ténacité de son auteur, l’un des rares
réalisateurs authentiquement indépendants du paysage français, ces cinquante minutes au
Mans méritent amplement le voyage.' l'écrivain Pascal Francaix

Année de réalisation : 2010

© Trilogie Halexander

Posté par OmbreMauve à 19:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,