Récital Jann Halexander 'De Vous à Moi', 9 Février, Au Magique, Paris [chanson]

Jann Halexander

 

'De Vous à Moi'

 

Jann Halexander par Pierre Orcel - Café de la Danse - 21-01-2017

 

Il y a quelque chose d'insaisissable chez le chanteur franco-gabonais Jann Halexander. Définitivement inclassable, hors-format, l'artiste, connu notamment pour ses prestations scéniques décalées, propose une date surprise en ce début d'année, au Magique, institution de la Chanson française à texte. Après s'être produit au Café de la Danse dans le cadre du concert pour le Gabon 'Une Aurore se lève', il revient dans le lieu où il fit ses débuts. Une belle fidélité pour l'auteur de 'Aucune Importance', 'Papa, Mum', habitué aussi bien des grandes salles que des cabarets intimistes. L'émotion et l'humour se mélangent, il nous chante, chante nos vies, nos peines, nos doutes, nos joies : une invitation au voyage à mi-chemin entre l'Europe et l'Afrique, entre ici-bas et les songes...

 

9/02/2017

21h00

Au Magique

42 rue de Gergovie

75 018 Paris

métro Pernety ligne 13

 

Réservations :

ama2_ama9@hotmail.com

ou 06.16.13.98.32 / 01.45.42.26.10

 

 

Tarif plein : 10 euros

Tarif réduit : 8 euros (sur réservations, sur billetreduc, billetnet)

Posté par OmbreMauve à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Souvenir

Yann Denis, Clémence Savelli, Jann Halexander

Yann Denis, Clémence Savelli,  Jann Halexander au restaurant après la pièce 'Confessions d'un Vampire Sud-Africain'  donnée au Magique. Photographie : Monique Hottier

Quand Yann Denis chante Allain Leprest – de la Chanson à l'heure actuelle...

 

 

photo (1)

 

1229847_10152541634738797_1563403502_n

 

156214_507974142566372_540013083_n

 

 

Extrait de conversation off avec un journaliste radio vendredi dernier

Lui : Dans le fond, Jann Halexander, vous savez que vous êtes plus connu que vous ne le pensez.

Moi : Possible. Dans ce cas, on ne m'en a pas informé.

Lui : Vous avez vendu des milliers de disques et de dvd.

Moi : Oui. Pas assez. Je ne suis pas sûr d'en avoir profité. Et est-ce vraiment si important ?

Lui : Des milliers de gens vous connaissent, en France, à l'étranger, depuis 10 ans.

Moi : Pas assez. Mais oui, sans doute. Et puis 10 ans...c'est à la fois beaucoup et rien. Ce n'est que le début en fait.

Lui : Et les festivals alors ?

Moi : Je ne suis pas invité aux festivals, en général. Alors je n'y vais pas.

Lui : Vous êtes passé à la télé, quand même.

Moi : Ah la télé. Oui, j'y suis passé. Si peu.

Lui : Enfin, on vous reconnaît dans la rue, non ?

Moi : Rarement. Mais peut-être l'ai-je voulu ainsi, tout cela. Je ne sais pas. La vie suit son cours, j'essaye de ne pas avoir de rancoeur particulière. Je ne pense pas être amer. Je suis très content déjà d'avoir pu faire de la scène, des disques, tout ça...de la façon dont je le souhaitais. Dont je le souhaite.

Lui : Mais pourquoi vous chantez ?

Moi : J'ai réfléchi à cette question, je n'arrive pas à répondre, sinon des platitudes. Je dirais que je chante pour sublimer la vie. Peut-être par égo surdimensionné. Peut-être parce que je veux apporter du rêve, de l'évasion, de la transcendance aux gens qui se déplacent pour venir me voir en concert.

Lui : Ou peut-être que vous aimez tout simplement ça ?

Moi : Oui. Je chante pour tout le monde. C'est vrai que cela me gêne quand on me dit, même avec gentillesse que je suis un chanteur pour initiés. Ou quand on me dit que les toutes petites salles me vont tellement bien. A part le Magique, non je n'aime pas forcément les toutes petites salles. Et j'ai été surpris quand certains m'ont dit être un peu déçus depuis que parfois, je chante dans des plus grandes salles, peut-être plus grand public. Mais je m'adresse vraiment à tout le monde. Après, tout le monde ne peut pas aimer, c'est une autre histoire.

Lui : On a les contraites de l'émission radio, c'est vraiment dommage que tout ce qu'on se raconte là, on ne puisse pas en parler à l'antenne. Mais bon, pour une autre émission plus longue, j'espère. Je voulais vous dire, c'est curieux mais on dirait que la crise du disque, des concerts vous passe dessus, comme si cela n'avait aucune prise.

Moi : ...disons que...d'abord être artiste c'est une façon de vivre, d'être, de s'adapter à tout un tas de situation, ce n'est pas un métier comme les autres, je ne suis même pas sûr que ce soit un métier. Puis on en France, malgré tout, il y a des aides variées, j'ai eu quelques mécènes, des coups de pouce, je suis bien entouré. Tant que ça durera, je profite. Si un jour, tout doit s'arrêter, et bien on verra. Mais je considère que la crise ne doit pas m'empêcher d'écrire des chansons. Chaque jour est un jour nouveau, avec son lot de bonheurs et de difficultés. C'est la Vie, en fait.

Lui : Parler de la crise vous gêne ?

Moi : Oui. Disons que les questions sur la crise de la musique, du disque sont devenues des questions un peu faciles, habituelles, on embête les artistes avec ça. On leur demande d'être des sociologues, des économistes, de décrypter les aléas du marché, de donner leur avis là-dessus. Alors que ce qui compte avant tout c'est l'oeuvre réalisée, écrite, chantée. Je souhaite personnellement qu'on me juge sur mes œuvres, en bien, en mal, peu importe. C'est aussi ce qui m'intéresse chez les autres artistes. Ce qu'ils créent. Pas forcément la façon dont ils créent. Je ne suis pas fan des making-of. C'est un peu de la perte de temps.

***

Habituellement, il n'est pas bien vu quand un artiste parle d'un autre artiste...de façon, disons...plus nuancée, plus approfondie que les 'à conseiller', 'j'aime', 'j'adore'. Mais il y a tellement de choses qui ne sont pas bien vues que finalement...enfin s'il fallait s'arrêter à cela, on ne dirait plus rien, on ne chanterait plus rien. J'ai très tôt dû me confronter aux us et coutumes du Show-Biz, puisque j'en fais partie, que je le veuille ou non. J'ai réalisé à quel point le monde de la chanson/de la variété, ce sont des clans, des idéologies, des courants, qui souvent s'affrontent, ne se supportent pas. Ce n'est pas mon problème et comme je ne pense pas appartenir à une famille artistique bien définie -on me l'a suffisamment fait comprendre, je me sens encore plus libre d'aller vaguement par ici, vaguement par là. Je ne m'intéresse pas au degré de notoriété des artistes, à leur compte en banque, j'ai autant de respect pour Mylene Farmer que pour Clémence Savelli. Si d'autres veulent ériger des cloisons, grand bien leur fasse. Il y a des artistes que je n'aime pas, et vice versa, ce n'est pas anormal, c'est la comédie des relations humaines.

Je n'étais pas fan d'Allain Leprest. J'aime 4 ou 5 chansons de lui, c'est tout. Quand il nous a quitté il y a deux ans, cela m'a fait un choc sur lequel je me suis exprimé il y a quelques temps déjà, mais je ne me suis pas senti obligé de dire qu'il était formidable, ou que la chanson s'en est retrouvée orpheline. La réalité est terrible car elle nous rappelle chaque jour que nul n'est irremplaçable. Je l'ai vu chanter sur scène au Limonaire, je n'ai rien ressenti. Ce qui m'a fait mal au cœur c'est d'abord sa fin, prématurée. Et puis parce que, qu'on l'aime ou pas, il existait par lui-même. Des artistes comme Allain Leprest, Morice Benin, Jean-Pierre Réginal, encore de ce monde, ceux-là, et tant d'autres sont la preuve qu'il est possible d'être soi, en dehors des top50, des charts, des vacarmes médiatiques, des félicitations des uns et des autres, des courants etc. D'exister par soi-même. Être soi, alors que la vie est tellement courte, c'est déjà pas si mal.

C'est sur le bouche à oreille que je me suis rendu récemment au Magique voir le spectacle de Yann Denis chantant Allain Leprest, accompagné au piano par Jean-Louis Beydon. J'avais beaucoup d'appréhension. J'avais peur de m'ennuyer, car le répertoire m'attirait peu. Et c'est là la force d'un interprète. Il n'y a pas besoin forcément d'être fan de Leprest pour aimer le spectacle de Yann Denis. Il s'approprie les chansons avec une façon assez désarmante. Il séduit, il y a quelque chose de magnétique en lui. Certes de la gravité mais aussi parfois de la belle légèreté, et oui. Pas de flonflons solennels, de révérence à se cogner la tête au sol. C'est un spectacle qui s'adresse vraiment à tout le monde, par un chanteur interprète jeune, ancré dans l'époque actuelle. C'est pourquoi non seulement je conseille autour de moi, ce spectacle qui continue au théâtre des Déchargeurs jusqu'au 20 décembre, mais en plus je compte y retourner moi-même, avec plaisir.

Jann Halexander

 

L'AVANT et L'APRES - JANN HALEXANDER en concert au MAGIQUE le vendredi 27 septembre (par FLOREAL DURAN)

facade2

Point de vue de Floréal Duran, 5 Mondes Management...
L'AVANT et L'APRES - JANN HALEXANDER en concert au MAGIQUE le vendredi 27 septembre.
La salle était bondée, l'ambiance conviviale et notre chanteur vedette a tout de suite su établir un lien de complicité avec le public. JANN HALEXANDER c'est à la fois une voix aux subtiles modulations et des textes d'une intense poésie. Qui d'autre que lui oserait interpréter une mélodie de Francis Poulenc dans un spectacle dit de "variété", qui d'autre que lui pourrait chanter des textes à l'humour cynique ou totalement décalés. Il y eut Guidoni mais la comparaison est risquée car chacun a son propre univers. Avec la sortie de son nouvel album "MOI QUI RÊVE", JANN HALEXANDER poursuit son chemin d'artiste sans concession qui chante ce qu'il aime. Désormais il se détache de son piano avec aisance et on a l'impression que sa voix, son répertoire prennent une autre ampleur. Il est évident qu'il va conquérir un nouveau public sans pour autant céder à la facilité. C'est à une telle démarche qu'on reconnaît un vrai artiste et non un faiseur de chansons.Ce soir là quelques amis étaient là pour chanter à ses côtés. On retiendra notamment l'hôte des lieux, MARC HAVET, qui chanta avec fougue et vivacité deux de ses chansons.
Seul petit bémol, l'exiguïté de la salle et son inconfort qui pourraient rendre rédhibitoire toute envie d'y retourner. Heureusement que l'accueil et l'acoustique compensent ces désagréments.'

Posté par OmbreMauve à 12:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Concert 27/09/2013...

A vendredi soir (27/09/13), 20h45, au concert au Magique, à Paris, pour fêter la rentrée, le changement de saison, en mots et en notes... (réservation sur Billetreduc.com ou 01.45.42.26.10)...Jann Halexander

5

1

2

3

4

6

Photographies signées Monique Hottier...

La force d'un interprète : Yann Denis, spectacle ''C'est peut-être...Leprest''

AFFICHE

Le samedi 14 septembre, le mythique cabaret cabaret parisien Au Magique, créé par l'excellent chanteur Marc Havet, invitait le chanteur Yann Denis et le pianiste Jean-Louis Beydon à présenter leur spectacle-hommage à Allain Leprest. Soyons franc : c'est plus qu'un simple spectacle-hommage. Il n'y pas le côté solennel, morgue de rigueur, non, c'est un récital vivant avec un pianiste hors-normes (le mot est faible), qui fut également celui de Leprest pendant dix ans et un chanteur qui ne laisse pas du tout indifférent. Chez Yann Denis, il y a du magnétisme, de la séduction, de la belle violence. Le public, exigeant, a été conquis. Le chanteur nous rappelle l'importance de l'interprétation. 

Dans la chanson, la variété, il n'y a pas que des auteurs-compositeurs-chanteurs. Il y aussi des interprètes qui donnent de la voix, qui donnent de la Vie et qui font voyager les mots et les notes dans nos esprits. Ils s'approprient des textes, les partagent, les sauvent de l'oubli. On quitte les lieux, marqués, nul besoin forcément d'être un fan irréductible d'Allain Leprest pour rentrer dans le spectacle. Il y a de l'émotion. Il y a de l'humour. De la poésie. De la transcendance. Merci. 

''C'est peut-être Leprest'', spectacle au Théâtre les Déchargeurs tous les vendredis, jusqu'au 20 décembre 2013, 21h30. 3 rue des Déchargeurs, 75001 Paris. Métro Châtelet. Réservations fnac.com ou 0142360050. Tarifs de 10 à 18 euros.

Http://www.lesdechargeurs.fr - http://yanndenis.pagesperso-orange.fr/yann.html

J.H

 

Magique Nicolas Duclos…

DUCLOS AU MAGIQUE

DUCLOS

 

…Jeudi dernier, le 16 mai, Nicolas Duclos chantait au Magique. Ah le Magique, salle mythique consacrée à la chanson française depuis des décennies ! J’y ai fait mes débuts parisiens, j’adore ce lieu, et quand je peux, j’y chante aussi. Quand on rentre, on est accueilli par le sourire de Martine, la femme du talentueux chanteur Marc Havet : ce sont les grands maîtres des lieux. Elle est derrière le comptoir et discute sur des sujets divers et variés (d’hiver et d’été). Il y a quelques tables où on peut s’asseoir pour boire, voire manger, si on a réservé. Les toilettes  et les cuisines sont à l’étage. Sur les murs, des affiches de concert de Marc Havet, d’autres artistes. Des tableaux également et là ça change souvent puisque le Magique sert aussi de lieu d’exposition. 

On accède à la fameuse salle de concert en sous-sol, par un escalier en colimaçon. Dans cette salle, trône un piano à queue qui affronte dignement le temps qui passe. Dans un recoin une sono. Face au piano, des bancs et deux tables avec des chaises. Officiellement, la salle contient jusqu’à 50 spectateurs. Je dois dire qu’à 5 on a déjà le sentiment que c’est plein. 

C’est dans cette salle, cette boîte, que Nicolas Duclos nous a concoctés un récital. Je ne dis pas petit récital car ce n’était certainement pas ‘petit’. Ce fut un long concert.  Ni les autres, ni Monique Hottier, une amie (de l’association Tranches de Scène) ni moi n’avons vu le temps passer. Les chansons se succèdent, sur le quotidien d’un chanteur qui raconte comment il a arrêté de fumer, reprend avec classe Save Me (du groupe Queen !) en nous expliquant qu’il a été marqué par ce groupe et qu’il l’assume pleinement, nous chante Vie de couple avec un chien en tempo lent, nous fait rentrer dans un monde onirique avec une chanson abstraite, merveilleusement poétique, Ciel, étoiles, mûres. Les liaisons entre les chansons sont inventives, bien trouvées, drôle, décalées. L’émotion, simple, tendre, n’était pas absente avec une chanson dédiée à son père (Depuis que t’es plus là…).

 Nicolas Duclos chante que la vie est belle, c’est une évidence, il a raison, ce n’est pas de l’optimisme béat, au ras des pâquerettes, la vie est belle malgré tout, il faut faire en sorte qu’elle le soit, malgré les emmerdes, les chambardements, les tracas, les horreurs, les mesquineries du quotidien. Le clou du récital, c’était la fin, l’apothéose avec Erreur de Casting, l’une de ses toutes premières chansons, précédée d’une introduction absolument délirante où l’artiste nous confesse qu’il fut un fervent admirateur de Strauss-Kahn(à l’époque où la chanson fut écrite, il y a quelques années déjà), qu’il se sentait en décalé à son travail, qu’il se voyait comme une erreur de casting.

 Je disais que nous n’étions pas nombreux, et je le regrette profondément car Nicolas Duclos s’épanouit de plus en plus sur scène, quand on se déplace pour le voir, on sait qu’on ne perd pas son temps, c’est important, on quitte les lieux avec une certaine satisfaction – un bonheur, en fait.  Pas de prétention à l’horizon, pas de fausse modestie non plus, il y a longtemps que Sieur Duclos n’est plus un chanteur de salle de bain (en référence à un texte qu’il récitait souvent lors de récitals précédents). Il est drôle, parfois grave, énigmatique. Je lui ai souvent demandé de faire mes premières parties, dans des salles aussi différentes les unes des autres (Tremplin Théâtre, Auguste Théâtre, Darius Milhaud), nous nous retrouvons sur certains points, notamment l’humour. Ce soir-là, il s’est passé quelque chose. Comme si l’artiste avait franchi un stade supérieur. Et si sa destinée est liée, comme beaucoup d’entre nous, chanteurs, chanteuses, au Magique, on l’imagine sans peine tenir le show seul dans d’autres théâtres… 

Nicolas Duclos nous enchantera de nouveau le 13 juin, au Magique, salle fétiche.

 Jann Halexander 

http://www.nicolasduclos.fr/

 

Posté par OmbreMauve à 18:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Nos envers-vies par le chanteur Nicolas Duclos

IMGP2122

Je garderais toujours un délicieux souvenir de la naissance du premier album de Nicolas Duclos. Cela faisait quelques temps qu’il chantait dans des salles parisiennes, comme le Magique, avait fait mes premières parties au Darius Milhaud, à l’Archipel, au Tremplin Théâtre. Et là, enfin, l’album, oui quelque chose d’émouvant parce que les conditions dans lesquelles cet album vit le jour étaient l’amitié même, la convivialité.

C’était chez ma mère, dans le petit salon. A Angers. Nicolas au piano, le preneur de son, maman prenant son café, moi lisant un vieux bouquin sur l’Afrique Australe, ma sœur passant faire un petit coucou, le chat qui tourne autour de tout le monde, nous discutant entre les prises, de choses parfois sans rapport avec la musique. Et puis pendant les prises, concentration totale. Et les musiques simples et solaires se suivaient les unes les autres pour donner de très belles chansons : Ca passe ou ça casse –belle ouverture du disque-, la Fin de l’innocence (titre de l’album), La vie est belle (une de mes préférées, sans conteste), Vie de couple avec chien (que j’ai souvent chantée sur scène), L’Envers-vie, Mon voisin (ah celle-là, on a tous un voisin casse-pied !), le Jeux des agneaux, Aphrodite (que je chanterais tôt ou tard), La chanson du Mas, des Histoires absurdes, des Déclics, Ciel, étoiles, mur (renversante par son atmosphère), L’erreur de casting (la première chanson que j’ai entendue de Nicolas Duclos), Les boules à neige, et la très belle chanson de clôture, celle qui arrache des larmes aux yeux tellement elle nous parle, sur l’amour d’un fils à son père, nostalgique sans pathos, un chant d’amour discret et profond, Depuis ce jour-là.

pochette

 

            Voilà. C’est un très bel album de 15 chansons. Je vous encourage à le découvrir. Parce que Nicolas Duclos chante nos vies, nos quotidiens mieux que beaucoup de chanteurs à texte trentenaires. Qu’il n’y a pas de narcissisme. Que de Chambery au Malawi, on peut l’écouter avec le même entrain, la même joie, la même émotion. Parce que la musique y a son importance : trop souvent, en chanson, le texte prime sur la musique, ici il n’en est rien. A écouter chez soi quand on est morose.

Parce qu’après on va mieux.

            Jann Halexander

Découvrir l’album, se le procurer :

 www.nicolasduclos.fr / nicolas.duclos.chanson@gmail.com

Nicolas Duclos chante Nicolas Duclos